Un regard parmi d’autres: «Bigre»

Sous les toits d’un immeuble, trois colocataires gaffeurs et touchants mènent « une vie normale ». Et puis, un jour, ils se rencontrent sur le palier.

L’occasion parfaite pour un spectacle bigrement drôle qui déclare la guerre à la solitude urbaine. Point de prince charmant en armure pour la belle de l’appartement sous les combles, mais deux voisins rond et maigrichon aux passions absurdes et attendrissantes, prêts à tisser des liens. Parce qu’entre hurluberlus, ils ne se comprennent pas si mal…

Pour raconter cette tranche de vie et d’immeuble, a été créé un décor qui rappelle les univers enchantés de Wes Anderson et d’Amélie Poulain. On voit les ficelles des « effets spéciaux » et, un instant, on salue même le technicien qui les tire. C’est voulu, c’est léger, et face à cette maison de poupée loufoque, on retombe en enfance. Dans le ciel, les oiseaux sont en carton, mais le lapin sur les genoux du voisin du milieu, quant à lui, est bien vivant.

Truffé de bonnes idées, « Bigre » est une ode à la créativité et aux plaisirs quotidiens. Sans dialogues mais avec une musique qui porte les personnages des baisers jusqu’aux toilettes, cette pièce transmet un plaisir rare. Et au fil cette histoire, car c’est une vraie histoire d’amitié qui se déploie, on s’attache aux colocataires qui n’ont pourtant presque pas pipé mot.

« Bigre » est une plongée dans un petit monde plein de malice, de mélancolie, de bains de soleil sur le toit et de karaokés. Un vrai bonheur !

Céliane

Du même auteur
Céliane De Luca -

Une histoire d’amour sobre comme la douleur

Grossesse, cancer, enfant surdouée et alcoolisme valsent sur une chanson d’Adèle et sur, non pas une, mais deux versions de Falling in Love with you. Surviennent encore un accident de voiture et l’union des « amoureuses de la forêt cosmique ». Une Histoire d’amour, d’Alexis Michalik, est un nuancier de toutes les teintes du pathos, présenté à nos cœurs.… Read more »

Lire la Suite
Céliane De Luca -

Souchon : des sauterelles contre la somnolence

Sur scène, Alain Souchon monologue, s’égare dans de longues listes de courses, abreuve le public d’anecdotes. C’est la complainte tragicomique du seul homme à connaître le spleen ou la nostalgie des élégantes années cinquante. On le sent à deux doigts de taper du pied. Sauf que, bien sûr, les spectateurs comprennent tout. Il y a un demi-siècle qu’ils s’amusent… Read more »

Lire la Suite