Un regard parmi d’autres « Le Fric » avec Vincent Kucholl et Vincent Veillon

Renversant les règles de bienséance établies dans l’Helvétie, Vincent Kucholl et Vincent Veillon ont osé évoquer, triturer, questionner, celui avec qui on est capable de tout, mais dont on ne préfère pourtant pas parler. Un tabou vieux comme la Suisse: l’argent.

Pire, (ou mieux) les deux humoristes, stars de l’émission « 26 minutes », se sont permis, car avec humour, intelligence et finesse, de poser à son audience la fâcheuse question du salaire. Entre rire et délicieuse indignation Beausobre a préféré laisser l’interrogation flotter dans la salle, gêné devant le sujet qui fait partie, tout comme les draps de lit, d’une intimité, qu’on ne saurait étaler au vu et au su de tous.

Une fois n’est pas coutume, le fric n’a pas joué à cache-cache. Il se déroule comme une grande conférence sur le capitalisme, guidée par un trader zurichois, vêtu du classique combo cravate rouge et costard sur mesure, convaincu des bienfaits du libéralisme.

Les explications exemplifiées à travers le commerce lucratif de la pive, produit phare de l’entreprise Schaffter-pives, alternent avec les sketchs aux accents savoureux du duo complice et complémentaire de Veillon et Kucholl. (Comme les faces recto-verso du billet de 100 francs créé à leur effigie pour l’occasion, le jeu de mot étant gratuit.)

On rit face à un couple homosexuel et valaisan qui ne parvient pas à accorder leurs visions des impôts. On s’esclaffe grâce à la femme d’affaires Borgognon-Mc Kay qui nous présente son appli vide-gren-yeah, ne révolutionnant rien, mais qui est si bien jouée par Vincent Kucholl, que l’on se surprend à retrouver les traits fidèles d’une vieille connaissance de l’économie. On chante à l’unisson et on « laisse l’argent s’en aller car il est liquide » sur les paroles de Samuel Freudiger, membre du groupe Bradaframanadamana. Et puis, on se laisse sangloter, un sourire en coin tout de même, lorsque Jean-Paul Henchoz, agriculteur au Pays d’Enhaut, pense au suicide, acculé par la difficulté d’exercer sa profession dans le monde actuel. Un instant marquant, et témoin révélateur du talent scénique de Vincent Veillon.

Le fric démontre une fois de plus l’audace des deux Vincent à dégoupiller n’importe quel sujet de société, même le plus grave. Et à ne jamais se prendre au sérieux, accumulant les moqueries sur leurs propres recettes avec une salle qui affiche complet ce soir-là.

Beausobre a ri devant la foule de personnages marquants et du modèle économique actuel de la Suisse. Mais pas seulement.  Beausobre a réfléchi face à l’exposition révélatrice d’un tabou. Le fric invite à se questionner sur son rapport à l’argent. Sans imposer le noir ou le blanc. Même au banquier, vêtu d’un costard-cravate, qui m’a accompagné ce soir-là à Beausobre.

Du même auteur
Marine Humbert -

Brigitte Rosset : Ma cuisine intérieure

La présence d’une absence

« C’est souvent lorsque les gens sont absents, qu’ils se révèlent être les plus présents », lance Brigitte Rosset, alors que Beausobre, hilare, se remet tout juste de son dernier jeu de mots. L’absence qui ronge d’abord, lorsque que celle qui fête ses 30 ans de carrière raconte les traits attachants de sa mère qu’elle… Read more »

Lire la Suite
Marine Humbert -

Le Muguet de Noël

Le Muguet de Noël: un regard parmi d’autres  Vendre du muguet à Noël : c’est le nouveau concept déniché par le patron de François (Lionel Astier) pour démarquer son entreprise de la concurrence. Une idée pour le moins surprenante déclamée aux prémices de la pièce, qui annonçait ce que le public de Beausobre allait vivre: des… Read more »

Lire la Suite