Un regard parmi d’autres : le Misanthrope de Molière

Depuis juin 1666, on joue le Misanthrope de Molière. Un classique, que le parterre de Beausobre venait voir ou revoir 355 années plus tard. -Un familier des écoles aussi: dans la salle, un collégien concède qu’il est venu goûter au vrai jeu d’acteurs pour ne pas devoir s’astreindre à la lecture imposée par son professeur.- Le public s’attendait donc ce soir-là à du traditionnel. Et il a été servi. L’audace n’était pas au rendez-vous dans la mise en scène de Peter Stein. Mais n’y voyez pas là une critique. Des costumes ravissants, un décor sobre, composé de boiseries et d’une galerie de glaces, qui ne laissent aux acteurs aucune échappatoire.

Un choix épuré qui permet au spectateur de se concentrer sur l’élégance des vers, le sarcasme, et l’ironie des dialogues de Molière: « L’orgueilleuse a le cœur digne d’une couronne, la fourbe a de l’esprit, la trop grande parleuse est d’agréable humeur, et la muette garde une honnête pudeur », lance Eliante/ Manon Combes à propos des amants qui comptent les défauts pour des perfections dans l’objet aimé. Des vers qui font jubiler le public, tout comme le jeu d’acteur particulièrement réussi de Lambert Wilson et Jean-Pierre Malo.

Les dernières scènes s’avèrent particulièrement fortes, notamment lorsque Celimène/Pauline Cheviller tend son cou nacré au bourreau d’Alceste, comme une reine que l’échafaud menace. Le final, lui se veut explosif. Un bruit assourdissant fait sursauter le parterre de Beausobre et dévoile une porte surmontée par un panneau moderne «Sortie», que les contemporains de Molière n’ont jamais connu de leur vie. Un éclair de fantaisie, une modernité bienvenue, qui diffère avec le déroulé initial de la pièce.

Cette porte s’ouvre sur un désert dont on aperçoit au loin les dunes joliment dessinées. Une destination que choisit d’emprunter un Alceste sans espoir, qui préfère fuir l’approche des humains.

Marine Humbert

Du même auteur
Marine Humbert -

Brigitte Rosset : Ma cuisine intérieure

La présence d’une absence

« C’est souvent lorsque les gens sont absents, qu’ils se révèlent être les plus présents », lance Brigitte Rosset, alors que Beausobre, hilare, se remet tout juste de son dernier jeu de mots. L’absence qui ronge d’abord, lorsque que celle qui fête ses 30 ans de carrière raconte les traits attachants de sa mère qu’elle… Read more »

Lire la Suite
Marine Humbert -

Le Muguet de Noël

Le Muguet de Noël: un regard parmi d’autres  Vendre du muguet à Noël : c’est le nouveau concept déniché par le patron de François (Lionel Astier) pour démarquer son entreprise de la concurrence. Une idée pour le moins surprenante déclamée aux prémices de la pièce, qui annonçait ce que le public de Beausobre allait vivre: des… Read more »

Lire la Suite