Quand Berléand mène le Président par le Bout du Nez

Digne d’un duo TIKtok, François Berléand mène Antoine Duléry par le bout du nez dans les tréfonds de son TIC ou serait-ce un toc?

 

A quelques heures de son discours d’investiture, le fraîchement élu président de la République, Antoine Duléry, doit faire face à un méchant TIC, ce qui n’est guère praTIQUE. Il lui est en effet impossible de garder un visage staTIQUE et de prononcer plus de 3 mots sans que son nez ne le pique. Cherchant désespérément une solution immédiate pour qu’il puisse assurer son allocution c’est, à contre cœur, ou devrait-on dire à contre nez, que le président s’en remet à l’avis d’un psychiatre, qui n’est autre que François Berléand.

 

Le président spasmodIQUE se retrouve donc nez à nez avec un psy flegmaTIQUE. Pensant que ce dernier lui prescrira une pincée de poudre de perlimpinpin pour faire passer son trouble, il ne s’attendait pas à se faire tirer les vers du nez de la sorte. Le psy fourrera son nez, qu’il avait fort fin d’ailleurs, dans les souvenirs et frustrations d’enfance du président et lui fera tuer père et mère pour arriver à ses fins. Évident comme le nez au milieu de la figure, nous n’échapperons pas aux références classiques telles que Cyrano ou Pinocchio. Car c’est bien là la ta-que-ta-que-TIC du psychiatre.

 

C’est les doigts dans le nez que le psy décorTIQUEra ainsi le problème du TIC et établira son diagnosTIC. S’il lui sortira par les trous de nez, c’est finalement un cap, que dis-je, une péninsule, que le président franchira pour arriver à se débarrasser de ce TIC disgracieux et ce sans avoir recours à des antibioTIQUEs, qui ne sont pas automaTIQUEs!

 

Côté public, impossible de piquer du nez, tant nos zygomaTIQUES peineront à se reposer durant, à vue de nez, 1h20 de travail acharNEZ.

Du même auteur
Sabine Regenass -

Des Fleurs de Soleil dans l’obscurité de la guerre

Une chaise et une lampe se distinguent dans la pénombre de la salle du Théâtre de Beausobre. Un petit écran carré surplombe la scène et s’allume discrètement pour laisser place à la photo et voix d’un homme. Celles de Simon Wiesenthal, « Chasseur de nazis » juif autrichien, déporté dans le camp de concentration de Lemberg. Il… Read more »

Lire la Suite
Sabine Regenass -

Un regard parmi d’autres : Pixel

Ou la rencontre du hip-hop de la Cie Käfig avec le virtuel d’Adrien Mondot et Claire Bardainne. ______ C’est noté sur le programme, la mise en scène questionne sur la frontière entre le réel et le virtuel. Confortablement installée au deuxième rang, pour l’instant aucun doute, le premier groupe de danseurs, entièrement masculin, est bien… Read more »

Lire la Suite