Archives : Spectacles

Ceci est un exemple de type d’article personalisé

Yann Marguet

Après avoir conquis les auditeurs de Couleur 3 avec ses chroniques piquantes devenues cultes, Yann Marguet a enfin réalisé son rêve de monter sur scène. Avec le ton qui est le sien, celui de l’absurde et du pathétique émouvant, il souhaite désormais s’attaquer à la question sans laquelle toutes les autres ne se poseraient pas: exister, c’est quoi? Définition. Parce que du plus petit détail aux choix de vie les plus cruciaux, tout est lié à une seule et même problématique: comment donner un sens à tout ça? Personne ne comprend, mais on vit, alors il faut bien faire des trucs; des enfants, du ski, un gâteau ou faire un spectacle pour parler de nous qui vivons sans trop savoir pourquoi…

Écriture ciselée et théâtralité assumée, grâce à la complicité de Frédéric Recrosio qui l’accompagne dans cette première aventure scénique.

Cie Alias

Guilherme Botelho nous embarque dans le voyage de personnages anonymes qui marchent, courent, tombent, se relèvent, s’arrêtent, repartent, suivant le tracé d’un cycle éternel, infatigablement attirés d’un bord de la scène à un autre, de l’ombre vers la lumière. Une ode à la vie et à sa force, son énergie infinie, qui débute comme une naissance de l’univers pour aller irrémédiablement vers son déclin, et son possible recommencement. De passage en passage se dessinent la condition humaine et l’irrévocabilité de son destin.

Le chorégraphe maîtrise l’art de sublimer les corps par la scénographie et la lumière, créant un flux à la beauté hypnotique. Depuis vingt-cinq ans, la compagnie genevoise enchaîne les succès internationaux avec ses créations à l’esthétique unique, miroir de notre moi profond et de notre rapport au monde.

Bénabar

Ses concerts sont une fête! Infatigables saltimbanques, Bruno Nicolini et ses amis musiciens mettent le feu aux foules et le sourire aux lèvres depuis près de vingt ans. À partir de son album consécration Les risques du métier (2003), l’auteur-compositeur-interprète a régulièrement livré des pépites telles que Le dîner (2003), L’effet papillon (2008) ou encore Politiquement correct (2011). Mais durant toutes ces années, Bénabar a surtout insufflé à la chanson française un renouvellement tout à fait bienvenu.

On aime sa pointe de sarcasme lorsqu’il décortique les petits chaos du quotidien, on raffole de ses débordements d’énergie musicale et on s’est attaché à ses fidèles musiciens. Par conséquent, on se réjouit de découvrir la version live de son huitième album, Début de suite, sorti en 2018.

Backbone

Frénésie de performances étourdissantes, Backbone teste les limites de la force: physique, émotionnelle, individuelle et collective. Mis en scène avec une apparence de bricolage trompeuse, c’est un cirque qui va droit à la jugulaire et ne laisse aucun spectateur indifférent. La compagnie Gravity & Other Myths s’est formée en Australie en 2009 et a été acclamée dans le monde entier pour ses créations mettant l’accent sur la connexion humaine et la virtuosité acrobatique.

Backbone, créé en 2017, est le point culminant de cette recherche artistique: des acrobaties sensationnelles, pleines de rebondissements originaux, posent un nouveau langage scénique. Une combinaison parfaite de fluidité, de courage et de camaraderie, pour un résultat splendide et intense. Du cirque comme vous n’en avez jamais vu auparavant.

Ballet Junior de Genève

En formant des professionnels, le Ballet Junior de Genève constitue un véritable vivier de danseurs et chorégraphes qui nourrissent la scène suisse et internationale depuis plus de trente ans. La compagnie s’est imposée comme un ballet contemporain de haut niveau, respectueux de l’héritage classique mais résolument tourné vers l’avenir.

Dans Tenir le temps, les seize interprètes sont soumis à un précipité de danse fait d’actions rythmées, de mouvements dominos et de réactions en chaîne. Dans The Hill, un trio directement inspiré de l’histoire israélienne se livre à une danse virtuose et souvent drôle, racontant une jeunesse dépassée par le conflit. Enfin, Monger est une tragi-comédie au rythme époustouflant, dépeignant une société de marchandage et de négociations. Trois pièces fortes pour découvrir les talents de demain.

La Smala

Hélène Abajour, mère de deux filles et Lucien Deburo, père de deux garçons, éperdument amoureux l’un de l’autre, font le pari d’emménager ensemble… Dès le premier jour, les problèmes commencent: entre l’attribution des chambres, l’installation du mobilier et les nouvelles règles de vie commune, c’est le chaos et la crise familiale en vue! L’arrivée d’une vieille tante suédoise, qui observe cette tribu bringuebalante avec amusement et bienveillance, permet à chacun de trouver une oreille attentive et de confier ses souffrances, ses colères ou ses joies avec plus ou moins de maladresse.

Fort du succès remporté par Titeuf – Le pestacle, la Compagnie Karim Slama souhaite développer avec cette nouvelle création, le concept du spectacle familial, mêlant à nouveau comédiens et marionnettes, bruitages et musique.

Cette représentation est accessible en langue des signes française grâce au projet Sourd&Culture et à l’association Ecoute Voir

Emilie Zoé

À dix-sept ans, Emilie rejoint l’équipe technique de Beausobre comme auxiliaire, par curiosité professionnelle. On est en 2009, elle est gymnasienne. Dix ans plus tard, restée dans le giron technique du Théâtre, elle est devenue Emilie Zoé; d’abord guitariste d’Anna Aaron, mais aussi auteure de trois albums dont The Very Start, sacré par les Swiss Music Awards 2019 pour son rock vif et tendre.

Cette soirée prend donc des airs de rite de passage. Beausobre invite Emilie à quitter son bleu de travail pour endosser son costume de scène. Et elle, avec la sincérité et l’humilité qu’on lui connaît, accueillera le public derrière le rideau, sur scène, dans l’antre qui a contribué à nourrir son rêve de musicienne. On la retrouvera entourée de son clan de coeur, soit une chorale d’une vingtaine de personnes créée juste pour l’occasion.

Cie Käfig

Quand l’énergie du chorégraphe Mourad Merzouki, star d’un hip-hop généreusement éclatant, rencontre la poésie d’Adrien Mondot et de Claire Bardainne, deux surdoués du numérique, le résultat est vertigineux. Les danseurs évoluent dans un décor numérique en 3D qui bouge en fonction de leurs déplacements. Sur le sol ou devant un écran géant, ils réalisent des prouesses aériennes et acrobatiques, qui ont fait de Pixel un succès incomparable depuis sa création en 2014.

Avec ce monde de sensations paradoxales, entre vivant et artifice, Mourad Merzouki trouve de nouvelles alliances pour alimenter son hip-hop aventureux, ici contrebalancé par trois artistes de cirque. Le spectacle est totalement renversant. Pixel est une fusion — merveilleusement réussie — entre la danse hip-hop, les arts du cirque et la création numérique qui questionne sur notre exposition constante à l’image et la vidéo. Un résultat éblouissant.

Le Misanthrope

Alceste est le plus droit et le plus loyal des hommes. Intransigeant, il ne cesse de dénoncer l’hypocrisie, la fourberie et les compromissions de ses semblables. Mais Alceste est aussi fou amoureux de Célimène, une jeune femme coquette et médisante qui incarne tout ce qu’il rejette.

Après avoir interprété au cinéma un acteur qui se dispute le rôle d’Alceste avec Fabrice Luchini, Lambert Wilson endosse avec brio le costume du légendaire misanthrope de Molière. Révolté contre les jeux d’influence qui régissent la cour, le héros s’interroge : faut-il fuir ce que l’on exècre et se retirer du monde ou sommes-nous condamnés à composer avec nos semblables? En opposant à la vanité du monde l’amour absolu d’Alceste pour Célimène, Molière manifeste un idéalisme qui défie le temps. L’élégance des vers, le sarcasme et l’ironie des dialogues font de cette pièce la comédie classique pour l’éternité.

Le sexe c’est dégoûtant

Quand le pilates commence à lasser, que la perspective du marathon de Lausanne, ou même de New York, s’estompe mollement à l’horizon et que les week-end au chalet deviennent mortifères. Quand même les séries Netflix suscitent une manière d’indifférence, que le Guide du routard tombe des mains, que les dégustations de vins produits en biodynamie dégagent une sorte de fadeur.

Quand le couple a tout essayé – les livres, les randonnées, le dialogue – mais peine à sortir d’une crise que le thérapeute voit, lui, comme une opportunité. Quand le monde, enfin,

n’apporte que des mauvaises nouvelles et que l’espèce se met à craindre son extinction… alors, il reste l’échangisme.

Certains projets naissent autour d’une rencontre. Ici, c’est celle d’Antoine Jaccoud et Matthias Urban, dont les points communs sont le goût de l’écriture contemporaine, la sensibilité autour de questions humaines et sociologiques et l’envie de sonder les trajectoires de vie.