Archives : Spectacles

Ceci est un exemple de type d’article personalisé

Le Clan

Fred, Achille, Max et Francis forment une petite bande de voyous corses. Leur dernier contrat ayant lamentablement échoué, les quatre truands se mettent en quête d’un mauvais coup qui leur permettra de se refaire. Francis la belette a alors une idée : kidnapper Sophie Marceau. Révélé par le film L’Enquête corse, le comédien Éric Fraticelli s’est entouré de ses compères de la série Mafiosa pour sa première mise en scène, consacrée au banditisme. Un univers que l’auteur dépeint avec un humour décapant. Depuis la cave où ils élaborent leur plan, nos pieds nickelés font preuve d’une bêtise crasse, qui n’est pas sans rappeler les gangsters de Fargo des Frères Coen. On rit à gorge déployée devant l’incompétence de ces voyous aussi attachants que pathétiques. Initialement créée pour le petit écran, la pièce connaît un tel succès qu’elle sera bientôt adaptée en série télévisée.

Courir

Voici l’histoire de l’homme qui va courir le plus vite sur Terre. Dans la droite ligne de leur précédent spectacle, Voisard, vous avez dit Voisard, Thierry Romanens et le trio de jazz Format A’3 s’emparent du roman Courir de Jean Echenoz pour raconter, à leur manière, la vie du célèbre coureur de fond tchécoslovaque Emil Zátopek: de ses débuts à ses records incroyables sur les stades du monde entier, de son ascension foudroyante à sa chute brutale, sur fond de Seconde Guerre mondiale, de récupération politique et de communisme totalitaire. Après s’être intéressé au format court de la poésie et de la chanson, Thierry Romanens était à la recherche d’une histoire à raconter, tout en poursuivant dans cette voie. Slam, conte musical et poésie contemporaine font résonner avec force le parcours unique de ce héros adulé, destitué puis réhabilité, dont l’inimitable foulée a tracé un chemin de persévérance et de dépassement de soi. Une épopée moderne où rien n’est inventé. Une histoire humaine extraordinaire pour un spectacle théâtral et musical où l’émerveillement côtoie la gravité.

Darius

Victime d’une maladie dégénérative, Darius n’a plus que deux sens en fonction: l’odorat et le toucher. Sa mère demande à un célèbre créateur de parfum de faire revivre au jeune homme ses nombreux voyages par les odeurs. Paul accepte et crée plusieurs fragrances. Mais bientôt, Darius demande à sentir les odeurs d’endroits où il n’est jamais allé, afin de continuer à voyager dans son imaginaire. Darius, c’est d’abord un texte somptueux, lauréat du prix Durance-Beaumarchais SACD 2O14: la correspondance entre Paul, grand parfumeur déchu, et Claire, une mère qui cherche à faire vivre à son fils une vie exaltante, malgré le handicap et la fin proche. Avec délicatesse et humanité, Clémentine Célarié et Pierre Cassignard nous entraînent dans une aventure olfactive lumineuse et envoûtante. On ressort ému, grisé par ce spectacle d’une grande générosité.

Gala François Silvant

Autour de Philippe Cohen et Jean-Luc Barbezat, qui œuvrent depuis dix ans dans le cadre du prix et de l’association François Silvant, neuf comédiens romands reprennent les sketches de cet inoubliable humoriste. Un grand spectacle où se retrouvent des lauréats du Prix François Silvant, Sandrine Viglino, Arek Gurunian et Carine Martin, ainsi que des complices qui ont compté pour l’artiste, Cuche & Barbezat, Gaspard Boesch, Philippe Cohen, Karim Slama et Yann Lambiel. Ils feront revivre toute une galerie de personnages cultes, comme Mme Pahud bien sûr, mais aussi les irrésistibles sketches du loto, la partie de tennis, Les Témoins de Génova et bien d’autres. L’occasion de retrouver la magnifique plante verte, mais surtout la plume inimitable, la finesse d’observation et la tendresse caustique de l’artiste vaudois disparu il y a juste dix ans.

Elles s’aiment depuis 20 ans

Depuis plusieurs mois, le spectacle Elles s’aiment depuis 2O ans cartonne sur scène. Michèle Laroque et Muriel Robin, au sommet de leur forme, nous distillent avec finesse et drôlerie un best of des meilleurs sketches des trois spectacles co-écrits avec Pierre Palmade, Ils s’aiment, Ils se sont aimés et Ils se re-aiment et qui sont désormais inscrits dans la mémoire des gens. Vingt ans après le succès de cette trilogie, la vie conjugale et ses mystères passionnent toujours autant. Car, malgré tout ce qu’on peut en dire, le couple est toujours d’actualité. Amies depuis les années 198O, Muriel Robin et Michèle Laroque n’avaient toutefois jamais eu l’occasion de monter sur les planches ensemble. C’est cette dernière qui a proposé à sa complice de former un couple lesbien, juste pour le plaisir de jouer et de se donner la réplique. C’est un plaisir de retrouver à Beausobre le couple Robin-Laroque pour ces moments d’humour intemporel devenus cultes !

Adieu M. Haffmann

Paris, mai 1942. Bijoutier juif, Joseph Haffmann doit se résoudre à entrer dans la clandestinité. Il propose à son employé de prendre la direction de sa boutique. En échange, celui-ci doit l’héberger secrètement à la cave. Pierre Vigneau accepte, à une condition : stérile, il souhaite que son patron l’aide à réaliser son voeu de paternité en ayant des relations intimes avec sa femme. Le pacte faustien est conclu. Bientôt, les plus hauts dignitaires nazis se pressent à la boutique. Les récits sur l’Occupation nous l’ont démontré : c’est en mêlant la grande histoire au destin d’hommes et de femmes ordinaires que l’on réussit à décrire de la façon la plus bouleversante l’horreur de la guerre. Alors qu’ils s’estiment et se respectent, Pierre et Joseph concluent un pacte intenable. Sacrifieront-ils leur âme pour faire triompher la vie ? La peur au ventre, on assiste à ce huis clos terrifiant, porté par des acteurs exceptionnels. Un récit passionnant, jusque dans sa scène finale déchirante.

Michaël Gregorio

Pour fêter ses dix ans de scène, Michaël Gregorio monte un spectacle-événement exceptionnel et fait les choses en grand ! Les meilleurs moments de ses trois premiers spectacles revisités par une scénographie innovante, des sketches inédits, de nouvelles voix et quelques surprises… Ce phénomène de l’imitation, entouré d’excellents musiciens, détourne les chansons et les styles musicaux et épate le public avec la panoplie d’artistes qu’il revisite: de Jacques Brel à Shakira en passant par Nirvana, Johnny ou encore Ray Charles. Il n’a pas peur de mêler Édith Piaf à David Guetta ou Maître Gims à Aznavour! Michaël Gregorio affiche une pêche d’enfer et fait de ce tour d’anniversaire, mi one-man-show, mi concert, un exploit jouissif et détonnant.

The Company of Men

Ils sont quatre, et ils vont vous faire trembler de bonheur. Car en venant chanter devant vous, sans éclairage, sans amplification, ils se mettent à nu. Et ne confondez pas avec les Chippendales : The Company of Men a bien plus à offrir. Ce groupe folk lausannois est arrivé sur la pointe des pieds au printemps 2O16 avec un premier album intimiste et subtil, I Prefer The Company Of Men. Son credo? Jouer ses morceaux dans le salon des gens, entre le canapé et la télé, entre la poire et le fromage. Avec leur présence enrobante et leurs compositions renversantes de douceur, le bouche-à-oreille oeuvre rapidement. Leurs notes se répandent comme un joli secret impossible à garder. Harmonies vocales caressantes, guitares chaleureuses, percussions délicates: The Company of Men jouera à Beausobre pour une paren thèse privilégiée en coulisses, sous la scène, entre le bar des artistes et la cuisine. Attention, places ultra-limitées pour ce moment suspendu.

Les Forains

En 1945, plongé dans la vie d’un cirque, on découvre une petite troupe d’artistes errants, fabuleux et misérables. Ils s’installent dans un faubourg avec leur charrette branlante et enchaînent leurs numéros, sous le regard amusé du public. Mais à la fi n du spectacle, tout le monde s’en va, ignorant le chapeau qui circule et obligeant les comédiens à plier bagage tristement. Le ballet imaginé par Roland Petit est ici revu par la Compagnie Rêvolution Dance: les saltimbanques sont transformés en hip hopeurs de banlieue et les numéros de cirque en véritable show, où la danse urbaine se mêle à la musique orchestrale. Si le texte est intemporel, la danse et la musique peuvent bien l’être aussi. Dans cette création, Anthony Egéa mêle la poésie et l’émotion de l’oeuvre Les Forains d’Henri Sauguet à l’univers électronique de Frank2Louise. Croisement de classique et de hip hop, le ballet urbain modernise cette fête de la jeunesse et de la danse autour du thème intemporel des gens du voyage et des artistes de rue. Le résultat est un miracle de talent, dans une recherche continue d’harmonie entre symétrie et déséquilibre, douceur et urgence, continuité et modernité.

Le livre de ma mère

En 1954, Albert Cohen publiait un récit autobiographique bouleversant, ode à sa mère récemment disparue, une femme déracinée qui ne vécut que pour son fils, et que l’auteur regrettait de ne pas avoir suffisamment aimée. Sans doute l’une des plus belles déclarations d’amour filial. C’est au tout début de sa carrière que Patrick Timsit a découvert le livre d’Albert Cohen. Profondément marqué par ce récit, l’acteur souhaitait l’adapter au théâtre depuis trente ans. Une lecture à contre-emploi pour l’humoriste, comédien et réalisateur, qui excelle dans le registre dramatique. Patrick Timsit livre une interprétation pudique et déchirante d’un texte où l’émotion effleure à chaque respiration. Un spectacle somptueux que l’acteur espère pouvoir interpréter pendant encore trente ans.