Alex Vizorek – Ad Vitam

Par Johannie Fort - 07.05.2024

Alex et Morges: une histoire d’amour qui dure

2014. L’humoriste rencontre la ville pour la première fois. Dans le cadre de la 26ème édition de Morges- sous-rire, Alex Vizorek se produit aux côtés d’autres artistes au café-théâtre. C’est le coup de foudre. Les années passent, mais le lien demeure. Son premier spectacle “Alex Vizorek est une œuvre d’art” touche la ville en plein cœur. En 2018, l’artiste le dévoile sous le Chapiteau du Théâtre de Beausobre. Il passe d’une salle de 150 places à une salle de 350 places. Cette année, il est de retour dans “Ad Vitam”.  Non sans émotion, Alex Vizorek déclare sa flamme à la ville sur scène et évoque sa fierté de jouer dans la grande salle, laquelle rassemble 750 personnes.

 

Rire de ce qui nous fait trembler 

“Quand un truc m’angoisse, j’en ris”, déclare l’humoriste lorsqu’il explique le choix de la thématique de son nouveau spectacle: la mort. À des kilomètres d’être plombant, ce seul-en-scène est en réalité, un hymne à la vie. Si si, c’est vrai. Rien de plus vivant que le public qui rit aux éclats, tandis qu’Alex Vizorek décortique la question des funérailles ou qu’il compare l’orgasme masculin à une petite mort. 

 

Un orateur hors paire 

Passé maître dans l’art de se confondre en conférencier passionnant, Alex Vizorek nous cultive autant qu’il nous amuse. Détrônant nos profs de philo, il nous fait comprendre en un temps record la notion de Dasein, abordée par Martin Heidegger au XXème siècle. Parmi d’autres anecdotes plus surprenantes les unes que les autres sur le monde animal, il nous apprend que la notion de consentement existe chez le porc-épic et questionne notre propre rapport à la reproduction. Promis, tout ça n’est absolument pas hors sujet. Au contraire, la structure du spectacle est robuste. Avec bienveillance, l’humoriste nous tient la main tout comme il nous challenge au gré de sa réflexion sur la fin de vie. Drôle et audacieux, il montre patte blanche et invite à la tolérance avant d’aborder le sujet des religions. “Qu’est ce qu’on a dit ? Chacun son deuil !“ Le public est conquis.