J’AI ENVIE DE TOI

Un vaudeville pétillant fait « rire à gorge » le public du théâtre de Beausobre

Lors de ce week-end, c’est un public nombreux et hilare qui a quitté samedi soir la salle
de spectacles du théâtre encore emplie de la légèreté et de l’humour éclatants amenée par
la première pièce signée par le comédien français Sébastien Castro.

20 novembre 2021. La salle est comble. Le brouahaha ambiant marque la chaleur et la détente.
Les lumières déclinent. Les spectateurs et spectatrices observent soudainement le silence. Un
portable sonne sur la scène. Un des airs de chanson populaire française de Véronique Sanson
claironne la singulière histoire qui s’apprête à se raconter.

À la 66, rue des Martyrs, le public s’introduit dans les drôles de vies de Guillaume Gauthier et
d’un prétendu Youssouf. Tout oppose les deux hommes, du t-shirt imprimé et jeans de
Youssouf au style guindé pantalon-chemise de Guillaume, du vieil appartement accueillant et
encombré de babioles familiales du premier en contraste à celui de l’allure moderne et froid de
l’autre. Néanmoins, deux points les réunissent : premièrement, ils sont voisins et
deuxièmement, le mur porteur que Youssouf abat pour récupérer les mètres carrés qui
reviennent de droit à lui et à sa famille depuis 1967. Ainsi l’un rencontre l’autre. Guillaume ne
fait pas cas de la lutte de Youssouf qui s’en trouve bien heureux. Pourtant, l’homme à l’allure
soignée, au tempérament pragmatique et à l’appartement asceptisé attend la conquête d’un soir,
Julie, une belle femme au physique de mannequin. Il se retrouve contrarié par l’acte de son
voisin désinvolte et véritable catastrophe ambulante, qui garde « Maman », une « personne
diminuée » en chaise roulante, parquée dans un coin entre une armoire massive au rideau
vétuste et trois étagères de bois suspendues, pour que la fille de celle-ci, Sabine, une femme
apprêtée, raisonnable et réservée, puisse aller fêter son anniversaire avec une amie d’enfance.
Et pour ne pas plus alambiquer cette création digne de la plume d’un Feydeau, Guillaume
envoie malencontreusement à son ex, Christelle, une créature à la forte personnalité et libertaire,
un message portant le titre de la pièce : « J’ai envie de toi ». Il n’en faudra pas plus pour qu’elle
se joigne ultérieurement à cette délurée et moderne ronde, suivie de Gaël, son nouveau copain
nerveux, complexé, aux cheveux gominés et à la barbe impeccable dont la particularité du tic
d’expression joue malicieusement avec l’intelligence verbale des spectateurs, complétant ainsi
l’air joyeux de l’histoire qui se déroule d’intrigues en rebondissements.

L’antagonisme des personnages, source d’hilarité du public
Répondant aux codes d’un vaudeville aux confusions exquises et aux clichés classiques actuels,
c’est sans surprise que l’antagonisme des personnages suscitent l’hilarité des spectateurs et
spectatrices. À l’exemple d’un Youssouf qui semble d’une bonhommie et d’une lenteur
cognitive qui a plié le public de rire face au pragmatisme, à l’impatience et la vivacité d’esprit
de Guillaume ou à la différence marquée entre une Sabine inscrite dans le politiquement correct
face à une Christelle affirmée et affirmant briser les codes, l’effet est immédiat sur le public qui
ne manque pas d’applaudir des scènes qui le ravissent.

« Maman », le personnage qui excelle sans faire de bruit
« Maman », c’est la fictionnelle dame de 4ème âge délaissée et maltraitée par de comiques
rebondissements lorsque les spectateurs et spectatrices ne s’y attendent guère. Le personnage a
été mobilisé avec justesse, suscitant l’émotion du public. On retiendra l’ingénieuse idée de la
ranger aux côtés des nombreuses autres babioles de l’appartement de Youssouf, permettant
ainsi au public de l’acquérir comme telle, passant ainsi d’un statut d’objet vivant à celui de
nature morte, jusqu’à l’ultime rebondissement du spectacle. Par ce biais, le public, parmi lequel
figure un certain nombre de personnes aux cheveux blancs, rit de ce fait sociétal ancré parfois
d’une certaine brutalité.

Une création moderne et dynamique
« J’ai envie de toi » est une pièce moderne et dynamique où la scénographie s’accorde
harmonieusement au mouvement des comédiennes et des comédiens dans l’espace. Les acteurs
et actrices ont porté la pièce au rythme d’un jeu endiablé, entraînant avec elles et eux le public
d’une main habile. Tapant du pied sur la scène du théâtre, claquant les portes, virevoltant, elles
et ils ont su être récompensé.e.s pour leur performance avec les rires « à gorge » des spectateurs
et spectatrices. Sébastien Castro est d’une délectable désinvolture dans le rôle du prétendu
Youssouf. Cette première création qu’il signe est un succès : les acclamations du public à la fin
de la pièce en témoignent. En finalité, il semble élégant de dire qu’il est uniquement regrettable
au fin mot de cette amusante péripétie que Guillaume Gauthier ait « fait chou… » (blanc J).

À lire également
Céliane de Luca -

Un regard parmi d’autres “Jean-François Zygel ”

Jean-François Zygel – Le Fantôme de l’Opéra Beausobre a revêtu ses plus beaux atours pour un voyage dans les années 1920, ces années folles, ces années dorées où le cinéma muet se laissait porter par la musique. L’hôte de la soirée n’était autre que le pianiste virtuose Jean-François Zygel, maître de l’improvisation, qui avait déjà… Read more »

Lire la Suite
Céliane De Luca -

Un regard parmi d’autres : Tiphanie Bovay-Klameth

Nous sommes dans une forêt. Une femme hèle son compagnon, disparu dans la végétation. Son accent vaudois durcit le « r » de « Pierre », et allège le ton de l’épopée. Elle l’appelle encore et encore, en se faufilant entre les arbres. On sent une odeur de terre humide, et, l’oreille à l’affut, on compatit pour cette pauvre… Read more »

Lire la Suite