Le Muguet de Noël

Le Muguet de Noël: un regard parmi d’autres 

Vendre du muguet à Noël : c’est le nouveau concept déniché par le patron de François (Lionel Astier) pour démarquer son entreprise de la concurrence. Une idée pour le moins surprenante déclamée aux prémices de la pièce, qui annonçait ce que le public de Beausobre allait vivre: des instants déroutants, de la manipulation savoureuse, et du virevoltant.

 

L’histoire est à la fois traditionnelle et originale, de quoi marquer des points auprès du public. Elle reprend en effet les codes du théâtre de Boulevard : avec son lot de situations scabreuses, d’échanges drôles, et de caractères exagérés des personnages. Mais Sébastien Blanc et Nicolas Poiret ont su faire un pas de côté bienvenu en incluant des thèmes concernants et plus modernes comme l’amitié, la place du travail dans nos vies, et les rapports père-fille, via des tirades bien senties.

 

Frédéric Bouraly en ami sensible, toujours maltraité, mais aimé très fort, est convaincant et a su décrocher les rires du public, même lorsqu’il joue au deuxième plan de la scène. Sa complicité avec Lionel Astier, soutenue par leur amitié dans la vraie vie, est également agréable à savourer. Quant aux répliques, elles fusent si rapidement qu’on ne voit pas le temps passer. Bien que quelques respirations auraient été les bienvenues pour entrecouper certaines longues tirades.

 

L’idée douteuse d’un père prêt à vendre sa fille pour une promotion aurait pu sérieusement déranger, avouons-le! Fort heureusement, les auteurs ont efficacement contesté ce paternalisme en offrant intelligence, provocation, et finalement pouvoir à Manon (Alexia Ribes), seule femme de la pièce. La fille de François a brillamment rappelé à la société de laisser le libre choix aux femmes, et de respecter leurs décisions, dans une tirade qui n’a pas pu laisser Beausobre de marbre ce soir-là.

Du même auteur
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres : le Misanthrope de Molière

Depuis juin 1666, on joue le Misanthrope de Molière. Un classique, que le parterre de Beausobre venait voir ou revoir 355 années plus tard. -Un familier des écoles aussi: dans la salle, un collégien concède qu’il est venu goûter au vrai jeu d’acteurs pour ne pas devoir s’astreindre à la lecture imposée par son professeur.-… Read more »

Lire la Suite
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres: Frida Jambe de bois

C’est dans les plus grands moments de certitude que l’univers vous rappelle qu’il est né du chaos. En prenant place dans le parterre de Beausobre pour assister à une pièce sur Frida Kahlo, on s’attend généralement à revivre le parcours d’une icône féministe ou d’une peintre incontournable. Une logique ennuyeuse, il faut croire, pour la… Read more »

Lire la Suite