Un regard parmi d’autres : Michael Gregorio

Le plan est simple: faire du bruit pour son anniversaire. Une décennie. Car, voilà 10 ans que Michael Gregorio et sa panoplie de personnalités qu’il fait naître comme personne, arpentent  les scènes  d’Europe, et de Suisse, à l’image de sa venue automnale à Beausobre. Vêtu d’une veste de costard pailleté à vous faire mal aux yeux, les cheveux bouclés à foison, mince, stylé dira-t-on, plutôt petit répèteront les spectateurs, et indéniablement captivant,  on a du mal à croire que cela fait déjà 10 ans que Michael Gregorio, incarne, simule, détourne, revisite, se moque, interprète, ressent, folâtre même, mais avant tout joue. Il l’admet lui-même, chaque fois qu’il est en représentation, il redevient un enfant, les filtres sociaux en moins, la liberté en plus. « On fête mes 10 ans, je suis vieux, et pourtant je porte encore la taille 10 ans en vêtement », ironise l’artiste d’une voix enfantine,  alors qu’il présente son fameux micro vintage corde-à-sauter.

Depuis 10 ans, Michael Gregorio, c’est un peu le meilleur des pires wedding planner de son temps. Des couples improbables se font la cour, se marient, s’embrassent, et s’embarrassent, au son de sa voix. Maitre Gims et Aznavour, Shakira et Cabrel, Grand corps malade et les Bee Gees, Johny Hallyday et Diego… Les mariages improbables décrochent les rires d’un Beausobre exalté. Et puis, les lumières s’évanouissent peu à peu, tout comme les applaudissements, la fougue redescend, on distingue dans l’ombre l’artiste qui fait tomber le masque, adoptant instantanément une autre posture et un autre tempérament, pour se replacer au-devant de la scène, le visage dur. Sur le port d’Amsterdam, Jacques Brel reprend vie, et fait grande impression. On est loin de l’enfant de 10 ans du début, et de ses personnages hilarants. C’est là aussi que réside  la prouesse de Michael Gregorio. Les imitations sont toujours justes, les moments légers et moqueurs s’alternent sans fausse note aux instants émouvants, et absolument vrais.

Michael Gregorio boude un moment, puis se reprend, car «avant 45 minutes de spectacle, je suis obligé de vous rembourser » explique-t-il en riant. Un karaoké géant s’organise, le théâtre n’est plus, c’est la chorale de Morges qui prend place. Le public timide au départ, se surprend à promener de bon cœur sa voix sur des hits du moment, revisités à la sauce Gregorio bien sûr. On sent que la fin de la fête d’anniversaire arrive à grand pas, alors que les 10 bougies s’éteignent sous le souffle de l’artiste accompli. Dernière folie, (on a rarement vu cela à Beausobre) l’artiste se donne le pari de surfer tel une rock star sur la mer des spectateurs du soir. Du premier au dernier rang s-il-vous plait !  Au départ, le plan était simple, faire du bruit pour son anniversaire. Finalement Michael Gregorio a fait bien plus que cela. Happy Birthday !

Marine

Du même auteur
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres « Le Fric » avec Vincent Kucholl et Vincent Veillon

Renversant les règles de bienséance établies dans l’Helvétie, Vincent Kucholl et Vincent Veillon ont osé évoquer, triturer, questionner, celui avec qui on est capable de tout, mais dont on ne préfère pourtant pas parler. Un tabou vieux comme la Suisse: l’argent. Pire, (ou mieux) les deux humoristes, stars de l’émission « 26 minutes », se sont permis,… Read more »

Lire la Suite
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres : “Claudia Tagbo – Lucky”

Lucky. Chanceuse, Claudia Tagbo l’est. Ou plutôt elle l’a décidé. Notamment après les terribles attentats du 13 novembre qui se déroulent dans son quartier alors qu’elle est en voyage. Depuis, toutes les journées de l’humoriste débutent par la même prise de conscience, la chance d’être en vie. Lucky. Un titre, comme une piqure de rappel… Read more »

Lire la Suite