Un regard parmi d’autres: Alonzo King Lines Ballet

Alonzo King Lines Ballet, une compagnie qui incarne son nom à la perfection. Si nous avons assisté à deux chorégraphies différentes sur deux musiques radicalement opposées, tantôt classique, tantôt contemporaine, c’est sur une même linéarité des corps et de l’union de la danse et de la musique que les ballets sont construits.

La scène s’ouvre sur les danseurs et danseuses en tenue classique, collant moulant pour les uns, tutu et pointes pour les autres. Ils tracent quelques mouvements sans musique avant que les airs baroques de Händel n’envahissent la scène et les corps.

Sur une base irréprochablement classique, le chorégraphe insuffle une fluidité et une décomposition des mouvements résolument contemporains. Le travail du corps, de son articulation et la précision des mouvements dessinent lignes et courbes dans un décor épuré. Rien n’entrave la noblesse des corps, parfois lourds et avec lequels les danseurs se débattent sur la musique magnétique du compositeur allemand, envoûtant les corps et le public.

La seconde partie, Common Ground, reprend les mêmes codes propres à King. Sur une composition du Kronos Quartet de San Francisco, les douze danseurs de la compagnie suivent la musique avec toujours cette même précision. Tantôt jazzy, tantôt africanisante, on assiste à une véritable frénésie sur scène. Les danseurs, toujours en mouvement, parfois comme courant après le temps, parfois comme le prenant pour suivre la mesure et entamer une véritable conversation avec la musique.

Les pas de deux sont fusionnels, aériens, accentués par la légèreté des costumes formés de centaines de petits ailerons eux aussi en perpétuel mouvement et épousant les corps dessinés des danseurs.

Reconnu maître incontesté de la danse américaine aux Etats-Unis et plus particulièrement à San Francisco où il fonde sa compagnie en 1982 après avoir travaillé pour Alvin Ailey et l’American Ballet Theater, ce chorégraphe philosophe pense la danse et le danseur. En ressort une œuvre réfléchie traçant une ligne droite entre la musique et la danse menant ainsi à un art foudroyant d’élégance.

Du même auteur
Sabine Regenass -

Un regard parmi d’autres : Pixel

Ou la rencontre du hip-hop de la Cie Käfig avec le virtuel d’Adrien Mondot et Claire Bardainne. ______ C’est noté sur le programme, la mise en scène questionne sur la frontière entre le réel et le virtuel. Confortablement installée au deuxième rang, pour l’instant aucun doute, le premier groupe de danseurs, entièrement masculin, est bien… Read more »

Lire la Suite
Sabine Regenass -

Un regard parmi d’autres: “Venise n’est pas en Italie”

Venise n’est pas en Italie. Et c’est vrai. Le temps d’un soir, Venise était à Morges. J’avais prévu le coup en lisant le livre d’Ivan Calbérac en amont, mais n’ai pas réussi à le terminer dans les temps. Ce que je n’avais pas prévu, c’est d’être aussi touchée par la pièce et le jeu de… Read more »

Lire la Suite