Un regard parmi d’autres: Ben et Arnaud Tsamère ensemble sur scène

Par centaines, les jeux de mots fusent à toute allure entre les deux protagonistes. Plus ou moins poétiques. Plus ou moins engagés. Toujours inattendus, ils rebondissant ici et là, avec une force de frappe stupéfiante et ce, tout au long des histoires loufoques que les deux humoristes sont venus nous conter.

Certains jeux de mots sont si subtils que seuls les plus avertis auront eu la délectation d’en sourire. D’autres si spéciaux, que j’ose avancer qu’ils n’ont pas fait l’unanimité au sein du public.

Qu’importe. Les jeux sont faits. Ce soir, Arnaud Tsamère et Ben (Cédric Ben Abdallah) ont tout osé. Tissant une toile d’humour délicieusement absurde sur laquelle repose leur univers singulier. Le duo d’humoriste se plait en journalistes tirant un portrait jubilatoire au tennis français, ou en enquêteurs sur le recrutement des hackers de la Migros. Ils excellent en voleurs d’iphones dépités face à une victime qui n’a qu’un smartphone en poche. Rejouant avec finesse les débats politiques du second tour, amplis de vide, ils vont même jusqu’à élaborer un congrès démographique des abeilles, qui préfèrent boire l’apéro plutôt que de sauver leur espèce. L’apéritif, impératif, se transforme alors en apérintif.

L’improvisation à toute épreuve des deux complices est à saluer. Osée et assumée, elle a le don de sublimer les sketchs qui s’enchaînent, apportant surprise, inattendu, et jeu avec le parterre. Arnaud Tsamère a particulièrement le don de lancer son sujet, le développant en confidences, puis d’improviser, et de balader le public à sa guise avec une facilité déconcertante. Même pour son compagnon de scène.

«Est-ce que l’on peut refaire un noir svp? Pour se concentrer ? », entend-on plusieurs fois dans un rire étouffé, les deux humoristes, eux-mêmes victimes de leur propre jeu d’hilarité. Des fous-rire complices qui font la part belle à la tendance du stand-up en solitaire.

Le tableau final offert à un public conquis s’est déroulé en allemand et dans un costume d’hyponosaure… Vous trouvez cela absurde ? Pas totalement. Derrière les quiproquos et jeux de mots, les deux acolytes portent avec réalisme un regard acéré sur une société et ses dérives comportementales. Subtilement, ou pas, les journalistes en prennent de leur grade, tous comme les pros de la cybersécurité, les écolos trompeurs, les metteurs en scène, et la langue de bois des politiciens.

Délirant, génial, décalé, animalier, absurde, hilarant, débile, les adjectifs lancés à la sortie du théâtre s’entrechoquent sans que jamais un n’emporte la définition de ce duo singulier.

 

Du même auteur
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres: Frida Jambe de bois

C’est dans les plus grands moments de certitude que l’univers vous rappelle qu’il est né du chaos. En prenant place dans le parterre de Beausobre pour assister à une pièce sur Frida Kahlo, on s’attend généralement à revivre le parcours d’une icône féministe ou d’une peintre incontournable. Une logique ennuyeuse, il faut croire, pour la… Read more »

Lire la Suite
Marine Humbert -

Un regard parmi d’autres : vous n’aurez pas ma haine

Cher Antoine Leiris, Cher Raphaël Personnaz, Aujourd’hui, c’est à vous que je m’adresse, car ce sont les mots déchirants écrits par un père de famille, et l’interprétation précise et désarmante d’un comédien, qui ont, ensemble, su m’éblouir. Je pourrais écrire… -Sur la scène, des chaises métalliques vides sur lesquelles Hélène Muyal-Leiris et les victimes du… Read more »

Lire la Suite