Un regard parmi d’autres: Charlie Winston Trio

20h. La salle est plongée dans l’obscurité… Apparaît un faisceau lumineux, se baladant sur scène, éblouissant quelques spectateurs au passage. Au bout de la lampe de poche, tel un gamin ravi de sa farce, la tête de Charlie Winston. “Avec la lumière, ça serait mieux! sourit-il. En plus, vous avez l’air d’être des personnes sympathiques!” A peine arrivé, le ton est donné. Totale décontraction pour le chanteur british visiblement là pour s’amuser et prêt à se dépenser sans compter, dernière date de la tournée pour cette année oblige. Bonheur auprès du public présent, conscient de vivre un moment particulier.

Particulier de par le lieu, ainsi que de par une formation en trio. Accompagné de deux – talentueux, soit-dit en passant – musiciens, Charlie Winston se la joue intimiste. Fini les shows grandiloquents, “c’en était assez. J’ai eu envie de revenir où j’avais commencé”, explique-t-il. “Et c’est une opportunité pour vous d’écouter les chansons…”, continue-t-il, mimant des fans hystériques.

Compris. Ce soir, on se doit d’écouter attentivement les tubes et des airs que l’on avait peut-être bien oubliés au fil des albums et des années. Evening Comes, Hello Alone, Happiness, Truth, Wilderness, Lately, Smile, Unlike Me s’enchaînent… On redécouvre, on se délecte de chaque morceau. On applaudit. On ne peut s’empêcher de sortir son smartphone lorsque le dandy se balade à travers la salle sur A Light (Night). On l’écoute parler de son amour pour les légumes, mais pas que. On chante (ni en rythme, ni en chœur). On crie, un peu, quand même!

Et on quitte le confort des sièges orangés pour une fin de soirée survoltée. Bras en l’air et sautillements sur Just Saying, Hands, Generation et Hobo, titre qui l’a fait connaître, magnifiquement revisité pour l’occasion. Viens l’heure du rappel avec une prestation de beatbox détonnante, suivie de Duck. Bucket clôturera ce concert tout en générosité. Mercredi à Morges, We all kick(ed) the bucket in the end! The end! The end! The end! The end!

The end. Jusqu’à la prochaine?

Aude

Du même auteur
Aude Haenni -

Un regard parmi d’autres : Le Fils

Auparavant souriant, le voilà triste, angoissé en quasi permanence. Nicolas, 17 ans, ne va même plus en cours, n’écoute pas ce qu’on lui dit et lance tantôt des regards haineux. Sa mère, chez qui il vit, ne gère plus la situation. Appel au secours au père qui, lui, a refait sa vie et partage désormais… Read more »

Lire la Suite
Aude Haenni -

Un regard parmi d’autres: Jacques Gamblin – Je parle à un homme qui ne tient pas en place

17 janvier 2014. Il y a Jacques Gamblin, derrière l’écran de son ordinateur. Et il y a Thomas Coville, qui tente un record du monde à voile. Le premier écrit au second. Jour après jour. 18, 19, 20, 21, 22 janvier… La correspondance semble désespérément prendre la forme d’un monologue. Comme nouvelles de l’extérieur, le… Read more »

Lire la Suite