Un regard parmi d’autres: «Incidence Chorégraphique»

“ Tout vrai regard est un désir.” avait dit un jour Alfred de Musset. Sans doute avait-il eu le bonheur de voir « Incidence Chorégraphique », le 12 février à Beausobre.

Sous la direction Artistique de Bruno Bouché, Danseurs et Solistes de l’Opéra national de Paris ont eu la liberté d’interpréter les extraits les plus porteurs du répertoire classique néoclassique et plus contemporain. En découle un spectacle foisonnant, où l’interprétation personnelle des Danseurs vient se frotter aux compositions les plus célèbres et faire jaillir des étincelles.

Aux deux pôles de ce spectacle axé sur la création chorégraphique des danseurs: Agnès Letestu, danseuse étoile de l’Opéra National de Paris et Edna Stern, Pianiste internationalement reconnue.

De cette « Incidence Chorégraphique » naissent des extraits variés, descendant parfois en droite ligne du classique, ou allant chercher ailleurs des gestes assoiffés de pureté. Il y a d’abord la raideur, les sourires imperturbables, le scintillement fané et toujours resplendissant de plus grands ballets du répertoire classique. Seul le décor, sobre, rappelle que ceci n’est qu’un songe et que d’autre créations, plus modernes, viendront bientôt envahir les planches.

Les artistes font un détour par l’humour, aussi, avec deux chats espiègles qui se chamaillent en costume. Ils badinent avec une joie presque enfantine qui voudrait nous donner l’illusion que la danse classique est un jeu à notre portée.

Puis le carcan s’ouvre, la chevelure d’Agnès Letestu se détache. Le corps seul prend toute sa dimension poétique, devient l’œuvre pour laquelle la musique a été créée. Il semble même, lorsque l’Etoile s’approche du piano, très lentement, que c’est ce corps de femme, vêtu d’une robe translucide, qui compose les mélodies au fur et à mesure qu’il se meut.

Grâce à ce spectacle morcelé, les chorégraphes et les interprètes libérés de la narratologie d’un ballet complet, peuvent enfin exister pleinement et rendent à leur discipline un hommage flamboyant.

Céliane

Du même auteur
Céliane De Luca -

Un regard parmi d’autres : Tiphanie Bovay-Klameth

Nous sommes dans une forêt. Une femme hèle son compagnon, disparu dans la végétation. Son accent vaudois durcit le « r » de « Pierre », et allège le ton de l’épopée. Elle l’appelle encore et encore, en se faufilant entre les arbres. On sent une odeur de terre humide, et, l’oreille à l’affut, on compatit pour cette pauvre… Read more »

Lire la Suite
Céliane De Luca -

Un regard parmi d’autres : Zazie

Zazie est une nuit de festival, lorsque les rires nous tiennent éveillés sous une grande tente et que l’on s’endort à l’aube dans le pull de sa meilleure amie. Et puis il fait jour, un nouveau concert nous attend. Alors on enfile sa tenue préférée et ses baskets les plus confortables, prêts à se souvenir… Read more »

Lire la Suite