Un regard parmi d’autres: Manu Katché

Je ne vais pas vous le cacher, il y a 10 ans, confortablement installée derrière mon petit écran, j’attendais impatiemment les performances de Julien Doré. Les minutes consacrées à l’un des membres du jury – un homme bien trop sérieux, aux remarques néanmoins très pertinentes -, m’emballaient moins. Il n’empêche, je fais partie de cette génération Nouvelle Star, et ma curiosité s’est vue titillée par la venue de Manu Katché dans nos contrées.

Jeudi 16 mars, le batteur est venu présenter son dernier album, Unstatic, entouré de quatre autres artistes: Jim Watson au piano, Luc Aquino à la trompette, Stéphane Chausse au saxo et Jérôme Regard à la basse.

Place à un quintet donc. Jouant tout en simplicité des mélodies feutrées, ou expérimentales. Proposant des sonorités particulières, ou séduisantes. Mais une constante à relever: chaque solo s’accompagnait d’applaudissements, voire de sifflements de la part de spectateurs enjoués. Manu Katché l’a lui-même souligné; à peine le concert commencé, public et musiciens étaient connectés, dans cette salle “acoustiquement” parfaite.

Sans surprise donc, les cinq musiciens ont mis Beausobre debout. Plus surprenant, ils l’ont même fait chantonner. Un comble pour un concert de jazz instrumental…
Julien Doré reste encore et toujours dans mon coeur, mais avouons-le, découvrir Manu Katché sur scène procure un certain bonheur.
Aude