Un regard parmi d’autres: «Reprises, surprises & fauteuils vintage»

Partie 1 : Le spectacle

Raconter « Reprises, surprises & fauteuils vintage » le spectacle éclectique du 30em anniversaire de Beausobre en une seule chronique, est un peu comme tenter d’enfermer des feux d’artifice dans une petite boîte. Mais pourquoi ne pas tenter de vous raconter tout de même cette étonnante soirée portée par Barcella, Les Petits Chanteurs à la Gueule de bois, Fabian Tharin, Billie Bird, Nicolas Fraissinet et Aliose ?

Chaque groupe proposait trois prestations, dont deux reprises de chansons d’artistes passés par le théâtre trentenaire. Peut-être parce qu’ils avaient tous plus à dire que ce que les trois morceaux leur permettaient, chacun a créé avec le public ce lien privilégié que des superstars mettent parfois un concert entier à tisser.

Comme dans tout feu d’artifice qui se respecte, certains numéros étaient plus flamboyants que d’autres. Fabian Tharin, « le quota clubbing » de la soirée, est arrivé comme un extraterrestre gesticulant devant un public tout d’abord surpris, puis ravi, du moins pour ma part, par son texte astucieux et son humour nonchalant en décalage avec ses soubresauts d’ex-adolescent.

Parmi les nombreux moments forts de l’évènement, mon coup de cœur est allé à la reprise de la mélancolique Barbara (« Dis, quand reviendras-tu ») par Nicolas Fraissinet, dont la voix a su à la perfection s’emparer de ces paroles fragiles, accompagnant sa mélodie au piano sans la briser.
À des inconnus, j’aurais honte de l’avouer, mais à vous, je vous dis tout : mon deuxième moment d’émotion a été le… quizz musical ! Eh oui, mais je vous en supplie ne me reniez pas, car je parie que nous étions nombreux dans la salle à apprécier cette parenthèse du talentueux animateur de la soirée, Tonton Pierrick. En effet, ce dernier a réussi l’exploit de nous rendre nostalgiques grâce à un quizz musical, jeu habituellement consacré aux mariages et autres croisières.

Et puis, entre moultes anecdotes glanées auprès de Jean-Marc Desponds, premier directeur du théâtre, Tonton Pierrick a parlé d’Henri Dès. Une évidence, lorsque l’on sait que ce grand chanteur pour enfants n’est autre que son père, et aussi, fait non-négligeable, l’artiste ayant le plus souvent fait siennes les planches de Beausobre depuis son ouverture en 1987. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Henri Dès est le chanteur pour enfants qui m’a valu mon premier débat lorsque j’avais affirmé au grand frère d’une amie que « La petite fourmi » (d’Henri Dès) était sans l’ombre d’un doute la meilleure chanson de la Terre. Mon opposant faisait une tête de plus que moi et mon zozotement n’avait certainement pas aidé à me faire gagner en crédibilité. Mais je m’égare, comme toujours lorsque l’on évoque le seul, l’unique, Henri Dès.

Sa fille Camille Destraz l’a rejoint pour un sobre et touchant « Mistral gagnant », complétant le portrait de famille de cette soirée à la fois intime et de qualité. Un spectacle qui a su honorer ses vedettes comme accueillir à bras ouverts les artistes qui leur ont rendu hommage.

Partie 2 : La boum

La boîte à musique s’est ouverte et les artistes se sont mêlés aux spectateurs pour une boum… sur la scène. J’adore danser, autant que regarder les gens danser, qui plus est dans ce théâtre que j’aime, aussi ai-je savouré pleinement la fin de la soirée. Et puis, je vous le demande, a-t-on souvent l’occasion de partager un bout de scène avec l’idole de notre enfance, un verre à la main, sur « Video killed the radio star », « Kids in America » ou encore « La Isla bonita » ?

Céliane