Un regard parmi d’autres: Titeuf, le pestacle

Il est 17 heures, passé d’une minute. Une seule petite minute. Mais assise sur le siège derrière moi, une tête blonde s’excite : “Ils sont en retard… Dépêchez-vous, DE-PE-CHEZ-VOUUUS !” Public euphorique serait peu dire. Ça s’agite, ça gigote dans la salle. Vraisemblablement, Titeuf a ses fans. De la BD au dessin animé, le voilà aujourd’hui sur scène, en chair et en os. Ou plutôt en mousse et sans fesses.

Né dans l’esprit de Karim Slama, “Titeuf, le pestacle” se jouait dimanche à Beausobre. Der des der pour voir sept comédiens faire prendre vie à neuf marionnettes dans une histoire – d’un crayon semblant pouvoir réaliser tous les rêves du blondinet – , librement inspirée de la bande dessinée de Zep.

Présente sur les planches, c’est justement une bande dessinée géante qui, à l’aide de projections, se transforme en divers décors. Scénographie balèze. Des cases s’illuminent, laissant apparaître des bribes de ce quotidien imaginé, que ce soit le père désespéré au travail, les élèves se faisant enguirlander par Madame Biglon, Zizie mâchant Captain Mégakill sous le regard de Titeuf… et trois musiciens – jouant en live – s’exhibant soudainement torse nu!

Ha oui, l’humour est bien présent. Humour ras du slip qui aura bien fait marrer les plus jeunes (Zizie balançant des sympathiques cacaquipue), humour plus subtil à destination des adultes (le “j’en conçois” de Manu repris par Titeuf en “Non, c’est Jean-François” me fait encore sourire à l’heure où j’écris ces lignes). Pas de gags en cascade pour autant: l’histoire se tient, avec un début et une fin, peut-être même quelques minutes de suspense à la clé. Et une belle morale (oui, oui, l’école, c’est bien!)

Qualité d’écriture donc.

Mais ce billet se devait de se conclure sur le point le plus important à mes yeux: la performance des comédiens. Catherine Guggisberg et Marc Donnet-Monay, jouant de “vrais” personnages, sont bluffants lorsqu’ils se griment en Madame Biglon et en maman, en papa et en Monsieur Dubidet pour le second. Tous s’effacent, habillés de noir, lorsqu’ils manipulent Titeuf, Nadia, Manu, Dumbo, Vomito, Morvax, Hugo, Jean-Claude, Zizie. Effacés oui mais pas complètement gommés. Certains sont criants de mimétisme (spéciale dédicace à Blaise Bersinger et Jade Amstel), d’autres offrent de beaux moments de complicité avec leurs marionnettes. On sent, et on imagine bien que pour cette dernière, les acteurs s’en donnent à cœur joie.

Ce sont d’ailleurs eux que l’on applaudit. Quand à Titeuf et ses amis, eh ben, que dire sinon Tchô!

Aude

Du même auteur
Aude Haenni -

Un regard parmi d’autres : Asaf Avidan

La salle est comble, impatiente. Le trentenaire tout de noir vêtu monte sur scène, seul, adresse un simple geste au public, agrippe l’une de ses guitares et démarre ce concert fort attendu en ce début de saison. Quatre, cinq titres s’enchaînent. La lumière froide éclaire le chanteur introverti assis, aux paupières régulièrement fermées. Face à… Read more »

Lire la Suite
Aude Haenni -

Un regard parmi d’autres : Stephan Eicher & Traktorkestar

Mais que s’est-il donc passé à Beausobre dans la nuit de mercredi à jeudi ? La fête a en tout cas dû être belle, au vu des cadavres de bouteilles, de déchets en tout genre, de cette ampoule clignotante et de ce personnage encore endormi sur un banc… Il ne s’agit bien sûr que d’une… Read more »

Lire la Suite