Archives : Spectacles

Ceci est un exemple de type d’article personalisé

Ballet Junior de Genève

En formant des professionnels, le Ballet Junior de Genève constitue un véritable vivier de danseurs et chorégraphes qui nourrissent la scène suisse et internationale depuis plus de trente ans. La compagnie s’est imposée comme un ballet contemporain de haut niveau, respectueux de l’héritage classique mais résolument tourné vers l’avenir.

Dans Tenir le temps, les seize interprètes sont soumis à un précipité de danse fait d’actions rythmées, de mouvements dominos et de réactions en chaîne. Dans The Hill, un trio directement inspiré de l’histoire israélienne se livre à une danse virtuose et souvent drôle, racontant une jeunesse dépassée par le conflit. Enfin, Monger est une tragi-comédie au rythme époustouflant, dépeignant une société de marchandage et de négociations. Trois pièces fortes pour découvrir les talents de demain.

La Smala

Hélène Abajour, mère de deux filles et Lucien Deburo, père de deux garçons, éperdument amoureux l’un de l’autre, font le pari d’emménager ensemble… Dès le premier jour, les problèmes commencent: entre l’attribution des chambres, l’installation du mobilier et les nouvelles règles de vie commune, c’est le chaos et la crise familiale en vue! L’arrivée d’une vieille tante suédoise, qui observe cette tribu bringuebalante avec amusement et bienveillance, permet à chacun de trouver une oreille attentive et de confier ses souffrances, ses colères ou ses joies avec plus ou moins de maladresse.

Fort du succès remporté par Titeuf – Le pestacle, la Compagnie Karim Slama souhaite développer avec cette nouvelle création, le concept du spectacle familial, mêlant à nouveau comédiens et marionnettes, bruitages et musique.

Cette représentation est accessible en langue des signes française grâce au projet Sourd&Culture et à l’association Ecoute Voir

Emilie Zoé

À dix-sept ans, Emilie rejoint l’équipe technique de Beausobre comme auxiliaire, par curiosité professionnelle. On est en 2009, elle est gymnasienne. Dix ans plus tard, restée dans le giron technique du Théâtre, elle est devenue Emilie Zoé; d’abord guitariste d’Anna Aaron, mais aussi auteure de trois albums dont The Very Start, sacré par les Swiss Music Awards 2019 pour son rock vif et tendre.

Cette soirée prend donc des airs de rite de passage. Beausobre invite Emilie à quitter son bleu de travail pour endosser son costume de scène. Et elle, avec la sincérité et l’humilité qu’on lui connaît, accueillera le public derrière le rideau, sur scène, dans l’antre qui a contribué à nourrir son rêve de musicienne. On la retrouvera entourée de son clan de coeur, soit une chorale d’une vingtaine de personnes créée juste pour l’occasion.

Cie Käfig

Quand l’énergie du chorégraphe Mourad Merzouki, star d’un hip-hop généreusement éclatant, rencontre la poésie d’Adrien Mondot et de Claire Bardainne, deux surdoués du numérique, le résultat est vertigineux. Les danseurs évoluent dans un décor numérique en 3D qui bouge en fonction de leurs déplacements. Sur le sol ou devant un écran géant, ils réalisent des prouesses aériennes et acrobatiques, qui ont fait de Pixel un succès incomparable depuis sa création en 2014.

Avec ce monde de sensations paradoxales, entre vivant et artifice, Mourad Merzouki trouve de nouvelles alliances pour alimenter son hip-hop aventureux, ici contrebalancé par trois artistes de cirque. Le spectacle est totalement renversant. Pixel est une fusion — merveilleusement réussie — entre la danse hip-hop, les arts du cirque et la création numérique qui questionne sur notre exposition constante à l’image et la vidéo. Un résultat éblouissant.

Le Misanthrope

Alceste est le plus droit et le plus loyal des hommes. Intransigeant, il ne cesse de dénoncer l’hypocrisie, la fourberie et les compromissions de ses semblables. Mais Alceste est aussi fou amoureux de Célimène, une jeune femme coquette et médisante qui incarne tout ce qu’il rejette.

Après avoir interprété au cinéma un acteur qui se dispute le rôle d’Alceste avec Fabrice Luchini, Lambert Wilson endosse avec brio le costume du légendaire misanthrope de Molière. Révolté contre les jeux d’influence qui régissent la cour, le héros s’interroge : faut-il fuir ce que l’on exècre et se retirer du monde ou sommes-nous condamnés à composer avec nos semblables? En opposant à la vanité du monde l’amour absolu d’Alceste pour Célimène, Molière manifeste un idéalisme qui défie le temps. L’élégance des vers, le sarcasme et l’ironie des dialogues font de cette pièce la comédie classique pour l’éternité.

Le sexe c’est dégoûtant

Quand le pilates commence à lasser, que la perspective du marathon de Lausanne, ou même de New York, s’estompe mollement à l’horizon et que les week-end au chalet deviennent mortifères. Quand même les séries Netflix suscitent une manière d’indifférence, que le Guide du routard tombe des mains, que les dégustations de vins produits en biodynamie dégagent une sorte de fadeur.

Quand le couple a tout essayé – les livres, les randonnées, le dialogue – mais peine à sortir d’une crise que le thérapeute voit, lui, comme une opportunité. Quand le monde, enfin, n’apporte que des mauvaises nouvelles et que l’espèce se met à craindre son extinction… alors, il reste l’échangisme.

Certains projets naissent autour d’une rencontre. Ici, c’est celle d’Antoine Jaccoud et Matthias Urban, dont les points communs sont le goût de l’écriture contemporaine, la sensibilité autour de questions humaines et sociologiques et l’envie de sonder les trajectoires de vie.

Compromis

Denis, comédien médiocre, a demandé à son meilleur ami, un dramaturge raté, d’être présent lors de la signature du compromis de vente de son appartement. Lorsque Martin découvre que Denis n’a pas révélé des vices cachés, la conversation s’envenime. L’arrivée de l’acheteur ne va pas calmer les esprits. Va-t-il rester spectateur du duel entre les deux amis ou en devenir l’arbitre? À moins qu’il n’en soit l’unique victime.

Pour leur première rencontre sur scène, Pierre Arditi et Michel Leeb ont fait confiance au romancier Philippe Claudel qui signe ici sa troisième pièce de théâtre. On ne boude pas son plaisir de voir ces deux immenses comédiens croiser le fer dans un règlement de comptes acéré. L’amitié de longue date peut-elle résister à l’exhumation de non-dits? Les compromis sont-ils supportables sur le long terme? Témoin de ce duel au sommet, Stéphane Pezerat est épatant.

GUS

Aussi à l’aise avec un jeu de cartes que face à la caméra, Gus, illusionniste virtuose, a été révélé en 2015 par Incroyable Talent sur M6 puis a rejoint la bande de Diversion, la nouvelle émission française sur la magie réalisée par Arthur puis a intégré la troupe The Illusionist 2.0. On le retrouve également régulièrement dans l’émission Vendredi tout est permis sur TF1.
Adepte d’une magie humoristique qui fait participer les spectateurs, ce roi de la manipulation propose un show à la fois généreux, interactif, percutant mais surtout magique, dynamique et sympathique, à son image. À défaut de comprendre «les trucs», vous aurez compris comment rire devant la magie.
Il va vous en mettre plein les yeux tout en travaillant vos zygomatiques.

Fondazione Nazionale della Danza / Aterballetto

Aterballetto est la principale compagnie de danse contemporaine en Italie et la première organisation de production de ballets permanente du pays, en dehors des compagnies d’opéra. Fondée il y a quarante ans, elle est composée de danseurs solistes excellant dans tous les styles et dirigée par Gigi Cristoforetti depuis 2017.

La compagnie nous offre un triptyque tout en nuances. Wolf est une pièce de Hofesh Shechter, mondialement connu pour ses créations coup-de-poing, intenses et viscérales, dont il compose lui-même la musique entêtante. Le duo d’O raconte une histoire d’amour et sa quête perpétuelle d’éternité. Enfin, Bliss, sur le célèbre Köln Concert de Keith Jarrett au piano, est une ode à la joie de danser et d’être dans le moment présent. Trois univers contrastés, trois ouvertures sur la rare beauté du monde.

Le Canard à l’orange

Hugh Preston est une vedette de la télévision, marié depuis quinze ans à Liz, qu’il trompe copieusement. Lorsque sa femme demande le divorce pour suivre un banquier, Hugh lui fait une proposition: il endossera tous les torts, à la seule condition de rencontrer son rival. Liz accepte et le couple invite l’amant pour le week-end. Hugh va alors utiliser ses talents de joueur d’échec pour reconquérir sa reine.

Immortalisée à la télévision par Jean Poiret en 1979, la pièce de William Douglas Home n’a rien perdu de son mordant. Grâce aux talents de metteur en scène de Nicolas Briançon, ce classique du boulevard exploite l’inépuisable thème de l’adultère avec juste ce qu’il faut de caricature et d’absurde pour donner tout son arôme à ce Canard à l’orange. Facétieux, virevoltant, Nicolas Briançon confirme qu’il est l’un des grands acteurs comiques de sa génération.

 

Lauréat aux Molières 2019

Meilleur comédien dans un second rôle (François Vincentelli)